Quads : Le détestable envahissement

Les quads (souvent appelés VTT au Québec) envahissent non seulement le Québec mais le monde. C’est globalement que la folie des véhicules à moteur se répand partout : au Honduras, en France, en Belgique, en Grèce (même dans les charmantes petites îles où on en loue aux touristes) En Italie. Au Maroc. Ne laissons pas l’avenir aux marchands de moteurs ne songeant qu'à encaisser les sous. Ne laissons pas l'avenir aux marchands qui ne pensent qu’à vendre, se contrebalançant de ce que le monde devient après la vente, la consommation, puis la généralisation de la consommation de certains produits. Certains vendeurs de moteurs n’ont d’autre souci que les moteurs en viennent à occuper le centre de la culture. La chose est évidemment une aberration.

haut

Envahissement : Qu’est-ce à dire ?

Question : Quel est le nombre de quads en circulation en 2005 au Québec ? R. : 308 422 !

Question : Combien de kilomètres de pistes aménagées ? R : 17 000 km !

Atroce ! 17 000 km de sentiers de quads, ceci sans même qu'une réflexion globale ait jamais eu lieu, sans que la population dans son ensemble se soit prononcé sur pareille mise à mort de la forêt et de la campagne dans ce qui constitue leur essence. Nous ne voulons pas d'un Québec tapissé partout de pistes pour véhicules motorisés en tous genres.

Plus spécifiquement sur la question du bruit, il n’y aurait que ceci : le fait que les quads fassent beaucoup plus de bruit que la voiture, à cause du type de moteur dont ils sont équipés (ou parce que le système d'échappement est inadéquat), et ce serait déjà et ça devrait cesser. Des exemples.

haut

Bruit de quads vs bruits de voitures

Vous marchiez le 6 août 2006 dans un rang à St-Venant de Paquette dans la MRC de Coaticook. À cette occasion vous avez expérimenté toute la différence qui existe entre quads et voitures. Deux quads sont passés pendant la marche que vous preniez avec votre compagne. Les deux engins vous ont dérangé. Ils vous dérangent depuis longtemps ; de plus en plus partout au Québec. Cette fois-là, vous parliez avec votre compagne, l’air était bon, vous fredonniez une mélodie, et puis … coupure radicale au moment du passage des 2 quads ! Vous avez cessé de parler, car même à faible vitesse un seul quad dérange - à cause du type de moteur pétaradant qui équipe ces engins. Revenons à notre comparaison. Le 6 août à St-Venant, il est passé dans le rang 9 deux voitures, dont une munie d’un puissant moteur V-8 ; qu’on comprenne bien que nous ne voulons aucunement encourager les fortes cylindrées mais seulement établir le contraste ; dans ce dernier cas, celui de cette voiture, vous n’entendiez que le roulement des pneus sur le gravier, c’est tout, rien qui vous heurte, rien qui ne vous agresse. Trois fois plus grande au moins que le quad, la voiture forte cylindrée ne dérangeait aucunement vos oreilles. Il en fut de même de l’autre voiture, voiture sport, grosse cylindrée également. Absurde, non ?

Un autre exemple. En Outaouais on a aménagé un sentier de vélo entre le lac Simon et le lac Gagnon. Géniale idée. Mais le plaisir à rouler à cet endroit est instantanément gâché lorsque les quads circulent tout près, d’autant que les émanations produites vous écoeurent littéralement. On y reviendra.

Nouvel exemple. Il y a quelques années lorsque vous visitiez la Côte Nord, campant à Havre St-Pierre, vous étiez resté ahuri un dimanche lorsque des quads se sont mis à circuler en grand nombre et à répétition sur la plage. Sur la plage, près de la mer ! Ahuri, vous êtes resté. Vous ne saviez plus si vous alliez être en mesure de rester campé à cet endroit ; toute la magie des lieux était détruite par le passage de ces véhicules bruyants et sentant mauvais. Essayez d’entendre le son de la mer quand des quads arpentent la plage. Essayez de contempler l’immensité de la mer. Les quads font disparaître la mer. Comme la forêt, la campagne, les bois, la tranquillité.

Comme dans le cas des tondeuses à gazon inutilement bruyantes (là aussi quelque chose devra être fait, mais au moins les propriétaires en font-ils usage sur leur propre terrain), nous détestons ce « grondement » des moteurs de quads, un grondement grandissant au fil des secondes qui passent, mais nous détestons aussi ce quelque chose de l’ordre d’un martèlement qui vous frappe les espaces labyrinthiques de façon sauvage. Ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta !!!!!!! Ça n’a de cesse. Martèlement, grondement, déflagration, détonation, clameur, fracas, salve, fusillade, éclatement, percussion, retentissement. Nos oreilles en ont marre. Et elles ont droit à la paix dans l’espace public.

haut

Un quadiste lui-même dénonce le bruit des quads

Dans un mémoire présenté à St-Sauveur le 14 juin 2005 (dans le cadre d’une consultation publique sur les VHR), le quadiste Normand Choinière dénonce lui-même ce bruit insupportable dont nous venons de faire état. Voici ce qu’il dit :

L'urgence de toutes les urgences est de s'attaquer avec rapidité et vigueur à la question du bruit. Il n'y a pas une motoneige, un quad ou une motocyclette qui devrait faire plus de bruit qu'une automobile. Il n'y a pas un Québécois qui devrait être soumis à un niveau de bruit supérieur à cet objectif qu'il soit situé à 5, 10, 20, 300, 500 mètres d'un sentier, d'une autoroute ou d'une voie de chemin de fer désaffectée. C'est la seule voie à suivre et elle est à l'avantage de tout le monde y compris du quadiste, du motoneigiste et du motocycliste.

Bravo, M. Choinière. Ce ne sont pas tous les utilisateurs de VHR (véhicules hors route) qui sont inconscients du problème. Il faut s’en réjouir.

haut

Pollution atmosphérique causée par les quads

Nous l’avons dit, il n’y a pas qu’au Québec que nous sommes aux prises avec ce problème. Commençons donc par citer le propos qu’on trouve sur le site web sentiers.be (pour sentiers Belgique).

« Comme tous les engins à moteur à explosion, les quads et les motos émettent des gaz à effet de serre (CO2), mais aussi des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) très toxiques comme le benzène, les aldéhydes, etc. »

Puis revenons chez nous au Québec. La réponse à cette simple question de la pollution atmosphérique causée par les quads se trouve dans un passage absolument éloquent du Mémoire de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) déposé à la Commission parlementaire sur les transports et l’environnement (tenue en mars 2006). Au sujet des quads, on y lit en toutes lettres aux pages 12 et 13 de ce rapport :

« … la pollution émise par un quad équivaut selon le modèle à celle provenant entre 15 et 30 véhicules automobiles. (Sharpless, 2001 ; LISEPA, 2001) ».

Non seulement le quad est-il beaucoup plus bruyant que la voiture équipée d’un silencieux adéquat, mais ces engins absurdes à moteurs deux temps polluent chacun autant que 15, 20, et même 30 voitures. Il y a de quoi se lever sur la place publique. Le point de vue pratique du RQCB sur le sujet : il faut au plus vite interdire les moteurs deux temps de conception archaïque.

L’environnement tout court et l’environnement sonore sont de la plus haute importance pour l’avenir du Québec. Le RQCB se battra avec toute la population du Québec pour que les milieux naturels et les milieux de détente soient protégés et respectés.

Et les amateurs de sport bruyants, alors ? Il faudra voir. Si c’est le bruit qui les intéresse, on pourrait penser réserver quelques territoires pour les amateurs de bruits, des « parcs » de bruit en nombre forcément limités. Là, ils pourraient s’en donner à cœur joie. Mais alors, attention, c’en est terminé de s’adonner au bruit au détriment du plaisir, de la quiétude, de la santé d’autrui.

Le Québec n’est pas un dépotoir de bruit.

STRUCTURE DE SON GRONDANTE ET PÉTARADANTE

Nous avons fait à l'automne 2007 l'expérience suivante. Nous sommes allés marcher dans la Forêt Ouareau près de St-Donat dans les Laurentides. Des quads circulaient ce jour-là en bordure de la route 125, sur le sentier emprunté l'hiver par les pénibles motoneiges. D'autres quads circulaient très loin de nous en bordure d'un lac par exemple. Nous avions beau nous avancer dans la forêt, nous avons eu beau marcher pendant deux heures de suite, le bruit des quads continuait de se rendre jusqu'à nos oreilles. Alors qu'on cessait rapidement d'entendre les voitures ou même les camions circulant à grande vitesse sur la route 125. Expérience concluante, s'il en est.

Il faut ici faire une précision importante. Nous ne pouvons pas tenir compte simplement du nombre de décibels produits. Il faut considérer la structure ou le caractère du bruit en cause. Dans le cas des quads (à l'instar des motoneiges et des motomarines), il s'agit toujours d'engins qui grondent, pétaradent ou souvent les deux à la fois. Pareil type de bruit n'engendre absolument pas la même nuisance sonore qu'un son homogène. Nous avançons que lorsqu'un son grondant ou pétaradant est produit, il faut ajouter 10 décibels à ce qu'enregistre le sonomètre pour rendre compte de la nuisance et par conséquent de l'irritation ressentie par la population. Dans les cas des quads, dont le bruit continue de ressembler à une scie à béton, aucun ne devrait produire davantage que 75 décibels (mesure prise à distance de 4 à 5 pieds maximum) et tous sans exception doivent cesser d'être pétaradants. Les moteurs à 4 temps, s'ils améliorent un peu les choses sur le plan de la pollution atmosphérique, continuent d'être profondément trop bruyants. L'industrie doit se mettre au travail pour fabriquer dans l'avenir seulement des moteurs non bruyants, non pas en considérant ses propres normes (ce qui est assez inconvenant) mais les chiffres qui correspondent objectivement à la qualité de vie à laquelle nous avons droit, c'est à-dire les chiffres auquels se réfèrent les Ordres professionnels d'orthophonistes et d'audiologistes, l'Institut national de santé publique du Québec et l'Organisation Mondiale de la Santé.

Quand la Fédération des clubs quads ose énoncer que les quads munis d'un moteur quatre temps ne font pas plus de bruit qu'une automobile, de deux choses l'une, soit ils prennent délibérément trop de libertés avec la vérité, soit ils ne savent pas mesurer le bruit.

QUADS SUR LES PLAGES DE MATANE

Nous apprenons que la ville de Matane (située sur le bord du Saint-Laurent) aimerait trouver une façon efficace d'empêcher les quads de circuler sur la plage et d'y détruire la végétation qui tente tant bien que mal d'y pousser. La ville de Matane est consciente qu'un travail de sensibilisation est à faire, mais elle aimerait afin d'atténuer le problème à court terme, mettre quelque chose qui puisse empêcher les utilisateurs de quads de passer, sans toutefois porter atteinte au paysage. Nous faisons appel à toute la population du Québec pour aider Matane à atteindre ses objectifs tellement à propos. Qu'en pensez-vous ?

UN COMMENTAIRE DU ROUTARD - guide de voyage

Guide du Routard 2007 sur la République Dominicaine, page 234, le commentaire intéressant qui suit intitulé La nuisance des quads (mais qui pourrait tout aussi bien s'écrire  La sauvagerie qui s'ignore :

" Le nombre d'engins (quads) qui circulent aujourd'hui à Las Terrenas devient franchement inquiétant. D'abord, le boucan est tout simplement infernal et nombre de touristes s'en plaignent. Ensuite (…), l'utilisation qui en est faite par certains est vraiment scandaleuse : rouler à fond sur la plage (alors que c'est interdit), traverser la rivière sans égard pour la population locale qui s'y lave, s'y baigne, lave le linge…À terme, si les autorités locales n'y font pas gaffe, on fuira le secteur à cause de ces engins… "

N.B. Chers amis, il faut féliciter le guide du Routard de cette mise en garde. D'autant plus qu'à l'avenir il faudra que tous les guides touristiques prennent en compte ce problème mondial de la pollution sonore et prévoient des sections particulières à ce sujet. Pour ce, voyageurs, il ne faut jamais hésiter à écrire aux guides de voyage pour leur faire vos observations à cet égard. Et, s'il vous plaît, n'oubliez pas de nous en faire parvenir une copie conforme.

À cause d'un sentier de quad: la maison du Matanais Louis Godbout perd 30% de sa valeur

Lire à ce sujet l'article de Romain Pelletier dans La Voix gaspésienne
article paru e 27 mai 2009.

http://lavoixgaspesienne.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=96873&id=762&classif=Nouvelles

COURSE DE QUADS HURLANTS À CHENEVILLE - UN ÉVÉNEMENT À BANNIR DANS LA MESURE OÙ IL S'AGIT D'ENGINS PRODUISANT 100 DÉCIBELS ET PLUS - L'ENFER AUTREMENT DIT

Afficher l'image en taille réelle Afficher l'image en taille réelle

Ce genre de quads de courses sont des infamies sur roues, des trucs aussi dégueulassement bruyants - il n'y a pas d'autre mot - que les motocross. Voici le témoignage recueilli auprès de résidants de cette municipalité.

JUIN 2010

La municipalité de Chénéville a prolongé le permis d'un exploitant privé pour trois autres années. Celui-ci présente, à une minute du centre du village, des courses de VTT modifiées dans le cadre du Championnat provincial. Les décibels de chaque VTT modifié dépassent la norme, alors imaginez qelques douzaines de ces engins roulant à toute allure à UNE minute du village. À un km de là sur la rivière Petite-Nation, on ne peut se parler lors des courses parce que le bruit est tellement épouvantable (et ça dure toute une fin de semaine) !!! Plusieurs ont choisi de quitter le coin, à cause du bruit infernal, intolérable, dangeureux ! On ne parle pas d'un VTT qui passe sur une piste, on parle de plusieurs VTT modifiés qui coursent. En 50 années dans ce beau coin de pays, on n'a jamais imaginé telle folie !...à une minute du village !

Donc vous pouvez ajouter Chénéville (6-7-8 août 2010), et trois années par-dessus ça, aux lieux déconseillés. Il me semble que la logique, ou le gros bon sens, serait d'organmiser ce genre d'orgie de bruit loin à l'extérieur d'une municipalité !


haut

témoignages - Nous attendons les vôtres !

J'APPUIE VOTRE DÉMARCHE

Je vis dans un village qui connaît ce fléau. Personne ne réagit. J'ai par contre fait appel à la police un samedi matin quand quatre jeunes utilisaient leur VTT à plein régime à des heures très matinales. Les policiers sont venus. Ils ont rencontré les jeunes. Ils étaient en arrêt au moment où le policier les a aperçus. Donc pas d'amende. Par contre je peux vous dire que le poste de police a immédiatement répondu à mon appel et que le policier est venu me rencontrer pour me communiquer sa démarche. Depuis pas de récidives... le matin.

Je vous raconte cela parce que je crois que plus on manifestera notre ras-le-bol plus il y aura d'effets sur l'entourage.

Merci de nous impliquer,

Jovette Groleau

UNE ASSOCIATION DE DÉFENSE CONTRE LE VACARME DES QUADS - EXEMPLE À SUIVRE...

Vous pouvez ajouter mon nom à votre liste de membres. Chez-nous la problématique est surtout liée aux véhicules récréatifs et aux silencieux modifiés.

J'inclus l'hyperlien à un mémoire que nous avions préparé sur le sujet (celui des quads et des motoneiges)."


Lucie Audet
St-Jean-Baptiste (Montérégie)

POLLUER POUR LE PLAISIR :
http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/Librairie/Publications/fr/securite/vhr_consultation/memoires/28juin_cqvesjb.pdf

Note du RQCB : Un excellent mémoire, soit dit en passant.

DE TADOUSSAC

"Depuis maintenant 8 ans, j'habite Tadoussac, dans un secteur reculé du village, en bordure des dunes de sable, territoire du Parc national du Saguenay. Dès le printemps, nous sommes régulièrement envahis par les VHR ; leurs propriétaires (des gens de la place mais plus souvent des villages voisins ou même des touristes venus d'un peu partout) s'amusent à monter et descendre la dune immense, le manège pouvant durer plusieurs heures. La dune (dénivelé de 60-70 m) agit comme un amplificateur et le bruit est assourdissant! Nous avons multiplié les démarches auprès du Parc national du Saguenay, mais on nous répond que les limites du parc ne sont pas encore officielles et qu'ils n'y ont pas juridiction. Nous appelons régulièrement la police, qui elle aussi est très limitée dans les actions qu'elle peut poser (les VHR sont hors route, sur des terres publiques...). Nous nous rendons nous-mêmes régulièrement sur les lieux pour sensibiliser les usagers, avec un succès variable. Nous sommes dégoûtés, et en avons vraiment assez de cette situation qui stagne et nous gâche régulièrement nos fins de semaine. Nous avons choisi d'habiter loin de l'agitation des villes, et nous
nous retrouvons dans un milieu plus bruyant que le centre ville de Montréal!!!

Si vous voyez un moyen de nous aider, j'attends les suggestions!"

Véronik de la Chenelière, Tadoussac

DE ST-JEAN DE MATHA

Je demeure à St-Jean-de-Matha depuis 6 mois. Je me suis dirigée dans cette belle région de Lanaudière pour y trouver le calme, la quiétude et la paix. En arrière de chez moi, il y a une forêt et en arrière d'elle des champs. Je me fais envahir par le bruit des motoneiges, l'hiver et par les VTT et les motocross, les autres saisons. Si on ne peut trouver la tranquillité ici, où est-ce qu'on ira ? Rues Ste-Catherine, boul. René-Lévesque ?
   
  Peu importe, il ne s'agit que d'un exemple parmi tant d'autres....c'est pourquoi je m'intéresse à votre cause. Vous pouvez donc ajouter mon nom à la suite des autres."

   
  Lyse Beauchemin, St-Jean-de-Matha, Qc


LA PEUR DE PARLER

Nous habitons un petit quartier de chalets tranquille – dans un cul-de-sac. Notre horreur fut cependant de découvrir que 2 jeunes de 14-15 ans se promènent en VTT non pas dans les sentiers mais dans la rue, passant devant la maison près de 20 fois par jour le samedi. Ils enfreignent donc plusieurs lois : rouler sur la voie publique en continu (et non pas tout simplement pour accéder à un sentier), rouler parfois à plus de 70km/h, ne pas céder le passage à une voiture, rouler à plus de 10 km/h devant la maison (c'est la limite à cet endroit), rouler à moins de 30 mètres d'une habitation, rouler sans permis de conduire sur la voie publique.
Nous avons intercepté un des jeunes avec un dépliant informatif sur les lois en vigueur. 15 minutes après, son père est venu nous voir (en VTT!) pour nous dire fermement de ne pas appeler la police, ça pourrait nuire au bon voisinage. Comme la police ne vient jamais faire son tour par elle-même, si jamais elle se pointe ils sauront que c'est nous qui l'avons appelée.
Les plus vieux s'en donnent aussi à cœur joie dans les rues – personne ne va dans les sentiers de quad… ça cale trop! Le pire, c'est qu'ils sont dans l'illégalité la plus totale. Comment peut-on se considérer ainsi au-dessus des lois en plus de nuire allègrement à son voisinage par une pollution sonore et atmosphérique?
Il est temps que quelque chose change dans les mentalités… Et dire que le gouvernement Charest a bâillonné tout le Québec en interdisant les poursuites contre le bruit des motoneiges… Avons-nous les outils adéquats dans notre lutte contre la nuisance sonore?

Une sympathisante de Saint-Paulin, Mauricie  

 

RÉPONSE À LA DAME DE ST-PAULIN

Bonjour,
La peur de parler est le titre du témoignage d'une résidante de St-Paulin. J'habite à St-Barnabé, un village voisin. J'aimerais qu'elle sache que si elle alerte les policiers, elle n'a pas à craindre des représailles des quadistes parce que les policiers  ne les arrêteront pas. Voici la liste des 40 appels logés au 310-4141 pour signaler le passage d'un quad (4roues) sur la rue Grande-Rivière à St-Barnabé-Nord seulement depuis ce printemps 2007:

07/04/14 18:10 ; 07/06/09 20:40 ; 07/06/16 19:20 ; 07/06/23 après le souper ; 07/06/24 18:30 ; 07/08/09 8:40 ; 07/08/10 20:30 ; 07/08/11 2:10 de la nuit  ; 07/08/14 18:50 ; 07/08/15 19:30 ; 07/08/17 17:15 ; 07/08/28 19:30 ; 07/09/06 14:00 ; 07/09/07 7:50 ; 07/09/07 20:15 ; 07/09/10 8:25 ; 07/09/10 19:45 ; 07/09/13 19:30 ; 07/09/15 20:40 ; 07/09/21 20:15 ; 07/09/28 20:10 ; 07/10/02 17:00 ; 07/10/04 11:30 ; 07/10/06 00:15 de la nuit  ; 07/10/06 12:00 ; 07/10/06 16:45 ; 07/10/07 20:00 ; 07/10/11 19:55 ; 07/10/16 14:30 ; 07/10/24 21:00 ; 07/10/28 10:10  ; 07/10/31 19:25 ; 07/11/05 16:00 ; 07/11/08 19:50 ; 07/11/15 19:15 ; 07/11/16 21:15 ; 07/11/19 14:40 ; 07/11/21 19:45 ; 07/11/23 18:55 ; 07/12/01 19:15

Madame pose 2 questions. J'espère que vous afficherez mes réponses :
Q. Comment peut-on se considérer ainsi au-dessus des lois en plus de nuire allègrement à son voisinage par une pollution sonore et atmosphérique ?
- Facile,  les policiers ne les arrêteront pas.
Q. : Avons-nous les outils adéquats dans notre lutte contre la nuisance sonore ?
- Oui, on a la police.  Pourquoi la police ne fait-elle pas son travail ?  Je me balance de leurs défaites, je veux que les policiers fassent leur travail. Je propose que le RQCB initie le mouvement suivant : les riverains ne paieront pas leurs taxes (policières) tant et aussi longtemps que les policiers ne feront pas leur travail.

Enfin, ma dernière proposition serait que vous affichiez la lettre ouverte d'une riveraine de Victoriaville qui se plaint des mariculteurs qui se promènent en 4 roues sur les chemins de campagne. Vous pouvez lire la lettre à l'adresse http://www.lanouvelle.net/article-148933-La-culture-du-cannabis-en-region.html

René Bastarache, St-Barnabé, Qc - 3 décembre 2007

 

LE LAC DES DEUX MONTAGNES ENVAHI

Lorsqu'on a fait appel aux autorités municipales au sujet d'un problême de bruit on a souvent eu le...silence pour toute réponse . Le problème en serait un de juridiction sur le territoire concerné, le lac des Deux-Montagnes, qui devient l'hiver un centre de pêche sur la glace, une piste interprovinciale de motoneiges, une piste d'accélération pour quads sport, une exposition de VUS de tout acabit, un concert de perceuses de glace à gaz, de la musique de fond provenant de systêmes audios performants. Est-ce assez ?
Quelqu'un pourrait-il m'aviser à ce sujet ? Qui doit-on contacter pour faire cesser ce tintamarre, ces machines pétaradantes qui circulent à toute vitesse, à toute heure du jour et parfois de la nuit ? La police municipale semble paralysée car cela se passe en dehors du territoire proprement dit de la ville, même si ce n'est qu'à quelques pas du rivage. l'administration répond à peu près la même chose. Ne peuvent-ils pas faire les démarches nécessaires et faire bouger qui de droit ?
Une réponse serait un encouragement bienvenu à la veille de la saison blanche et...bruyante qui arrive très bientôt, juste à voir l'avalanche de circulaires annonçant les belles machines qui font le bonheur des marchands et fabricants, mais le désespoir des citoyens victimes de leur mauvaise utilisation.

Merci , le RQCB est vraiment nécessaire.

M. Cayouette, un résidant de Ste-Marthe-sur-le-lac , Qc - novembre 2007


POUR MOI, C'EST INCOMPRÉHENSIBLE

Bonjour,

Il me fait plaisir de me joindre à vous.  Ma raison principale est le bruit des quads et aussi des mini-quads que les parents achètent à leurs enfants.  Pour moi c'est incompréhensible !

J'ai lu un article dans Espaces guide hiver 2008.

Éric Leblanc , Ste-Perpétue de L'Islet, Qc - 18-01-08


UN SENTIER NON LOIN DE CHEZ NOUS

Les bruits excessifs qui m'irritent sont les motos bruyantes et les quads ; nous vivons à la campagne justement pour avoir la paix et trouver le calme et voici que ces engins venus de l'enfer viennent troubler notre tranquilité. Il y a un sentier non loin de chez nous. C'est tellement agressant de se promener tranquillement et tout d'un coup entendre ces grondements s'approcher et n'avoir le choix que de les endurer le temps qu'ils passent...se remettre de nos émotions stressantes pour ensuite continuer de faire ce que nous faisions avant, c.à.d. parler, chanter ou encore penser. Je me dis souvent qu'il doit n'y avoir que sur mars où l'on retrouve le silence...


Sylvie Germain, St-Louis de Richelieu, Qc - février 2008

M. GODBOUT DE MATANE, UN HOMME QUI SE TIENT DEBOUT

Si cela peut vous intéresser, je vous fait parvenir l'adresse électronique de la version internet d'un article de la Voix Gaspésienne de Matane paru le 9 avril. Cet article fait la synthèse à ce jour de la lutte que je mène depuis le 2 juin 2007 pour éloigner de ma propriété un sentier de VTT qui est aussi utilisé par des amateurs de MotoCross.

Louis Godbout - 10 avril 2008

---

Note du RQCB : Exaspéré par le bruit et la poussière des quads, M. Louis Godbout exige que le sentier de quads longeant son terrain soit déplacé. Lire l'article qui présente la lutte admirable de cet homme que nous félicitons chaleureusement. Pourquoi ? Parce que tous les espaces d'un bout à l'autre du Québec n'ont pas à devenir des routes pour véhicules en tous genres. Parce que ces engins en l'occurence sont bruyants et parce que leur prolifération épidémique détruit l'environnement, tant privé que collectif. Bravo, M. Godbout !

/fr/doc/QUADS- MATANE Microsoft Word.pdf

PERTE DE VALEUR DES PROPRIÉTÉS ET POLLUTION SONORE - NOUVELLES DE M. GODBOUT

Il n'y a plus aucun doute, la proximité d'un sentier de VTT d'une propriété résidentielle est un facteur de désuétude économique. En effet, la firme d'évaluateurs professionnels Servitech a confirmé que ma propriété ne vaut plus que 70 % de sa valeur pour nuisances dues à un sentier de VTT, en l'occurence celui du Club Les Coyottes de Matane qui longe ma propriété. Pour tous les riverains des sentiers de véhicules hors route, la dévaluation d'une propriété pourrait être un argument de taille pour donner suite à un recours collectif. Ce qui est maintenant autorisé suite au jugement de la Cour suprême dans la cause de Ciment St-Laurent à Beauport.
Pour plus d'informations, on peut consulter l'article de l'hebdo La Voix Gaspésienne de Matane à l'adresse:


http://lavoixgaspesienne.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=96873&id=762&classif=Nouvelles

Louis Godbout , adhérent de Matane, Qc - 8 juin 2009

DANS LA RÉGION DE CHAMBLY

Les deux témoignages suivants ont été recueilli par André Corbeij, journaliste au journal de Chambly. On en prend connaissance dans un article excellent intitulé LE RETOUR DE L'HOMO VROMBISSUS.

"Les nouvelles zones résidentielles qui longent les terres agricoles sont de plus en plus incommodées par le vacarme généré notamment par les véhicules récréatifs", écrit le journaliste.

Sylvie, une résidante de l'est de la Montérégie qui souhaite préserver son anonymat, vit au coeur de ce nouveau fléau. La dame réside non loin de la route 112, dans un nouveau quartier résidentiel situé près de terres agricoles. Elle est exposée quotidiennement au va-et-vient incessant des VTT et des motoneiges.

"Cet hiver, les skidoos roulaient sur les sentiers 24 heures sur 24, la pédale dans le tapis. Ils ne ralentissaient même pas aux abords des zones résidentielles. Je me faisais réveiller deux à trois fois par nuit. Les VTT font pire. Ils roulent dans nos rues en malades à toute heure du jour et du soir. Au printemps, ils détruisent les semences des agriculteurs sur les terres. La police n'est jamais là pour les pincer sur le fait. La police, on ne la voit jamais dans nos rues», fulmine la dame, qui semblait soulagée par cette confession.

Le second témoignage est celui de Serge. Le journaliste André Corbeij le rapporte en ces termes.

Serge en avait aussi long sur le coeur. Il a déjà confronté un délinquant du VTT en zone résidentielle. En guise de réponse, il a reçu un doigt d'honneur.

«C'était un samedi matin. Il était 8 h 30. Je raclais mon gazon. Le jeune roulait en fou. Quand je l'ai vu arriver à ma hauteur, j'ai couru pour lui faire signe de ralentir. Il a repassé une deuxième fois en faisant revoler la garnotte en arrière de son quatre roues. Si on s'était y retrouver au Far-West, j'aurais sorti une carabine!»

Chambly - 22 avril 2008

DE LA-BOSTONNAIS

Nuisances sonores qui m'irritent le plus : Les loisirs motorisés (quads, motoneiges et autres véhicules rampants qui prolifèrent partout... sans restriction).

Jean, nouveau sympathisant de La-Bostonnais (agglomération de La Tuque) - 10 avril 2009

RÉGLEMENTATION SUR LES VHR

J'aimerais ajouter ma voix à celle des autres qui revendiquent depuis des années le respect de leur droit fondamental à vivre dans un environnement sain où les bruits de la nature l'emporteraient sur ceux qui sont créés par l'homme.

Je constate ici aussi l'inutilité de la réglementation sur les VHR. Le conseil municipal ne veut pas appliquer ses propres règlements sur les nuisances et la police s'en lave les mains.

La violation du code de la sécurité routière est quotidienne ainsi que la violation de la propriété privée.

Imre Szöke, Saint-Narcisse-de-Rimouski - 29 mai 2009

Note : Dans l'excellent dossier paru dans le magazine l'Actualité médicale au mois de septembre 2010, on peut lire le témoignage détaillé du docteur Szöke. Se rendre le lire au moyen de l'hyperlien suivant.

Dossier bruit l'Actualité médicale - Dossier

LES IRRITANTS 4 ROUES...

La nuisance sonore qui m'irrite le plus, ce sont les 4 roues. En Montérégie il y en a beaucoup de 4 roues. J'aimerais trouver des solutions pour faire cesser ce vacarme. Le problème du bruit ressemble aux fumeurs qui, il n'y a pas si longtemps, croyaient avoir tout les droits. Ces bruits  détériorent notre qualité de vie. La majorité silencieuse a des droits et il faut les faire valoir.


Suzanne Martineau, St-Louis-de-Richelieu, Qc - 10 juin 2009

CONTRE LE BRUIT DES QUADS


Depuis deux ans, nous nous opposons au club de Quad de Brandon qui passe arbitrairement sur nos rangs. Depuis deux ans, sans aucune autorisation, ceux-ci passent sans jamais respecter les règles : moins de 30 mètres des habitations et moins de 30 km/h. Sans parler de certains agriculteurs qui en ont marre de se faire couper des clôtures.
-Ils passent au dessus des clôtures ?
-Non ! Ils coupent le fils pour mieux passer dans certains de nos champs.
Maintenant que le club de Quad Brandon se fait pousser un peu par certains citoyens qui en ont assez, une demande a été faite par le club de quad pour avoir une sentier permanent dans les rangs Sainte-Cécile et Castle-Hill de Saint-Félix-de-Valois. Nous avons fait signer une pétition à toutes personnes qui habitent ces rangs : Contre un sentier de quad dans nos rangs. Sauf une seule maison, tous ont signé la pétition.
La pétition a été déposée au conseil municipal de
Saint-Félix-de-Valois et maintenant nous attendons (Ce qui ne nous empêche pas de bouger et de continuer le combat contre un sentier de quad dans nos rangs)

Paisiblement,

Patrice Vaillancourt - 19 octobre 2010

LES QUADS FONT CAPOTER UNE RÉSIDANTE EN ESTRIE (NANTES)

Les VTT me font capoter. Je me suis installée ici sur 50 acres de terre en 2008 où je croyais trouver la paix et la tranquillité. J'ai déchanté dernièrement quand j'ai appris que depuis 2007 le rang Saint-Joseph est un sentier de VTT mais même si j'avais posé la question à l'époque, l'inspecteur municipal, les voisins, le propriétaire et même les agents d'immeuble l'ignoraient. Aujourd'hui ce même sentier est devenu un sentier interrégional. Je viens de déposer une pétition de 100 noms au conseil municipal pour qu'on déplace le sentier provincial #61 qui passe juste devant notre propriété sur le chemin public à 50 pi de notre maison. On m'a presque ri au nez et une trentaine de quadistes se trouvaient à l'assemblée, impolis, irrespectueux. Les gens qui nous accompagnaient se sont montrés très discrets, intimidés par leur attitude. Je les ai informés dernièrement de mon intention de demander une baisse de taxes et je suis même allée jusqu'à parler
de poursuites si je n'avais pas de réponse positive à ma demande avant la prochaine assemblée de consultation publique. J'ai parlé à M.Godbout il y a deux jours et je tente de rejoindre l'avocat qui le représentait. Je n'ai pas l'intention d'abandonner.


Sophie Bilodeau, Nantes (MRC du Granit/Estrie), Qc - 17 sept. 2012

NOTE DU RQCB - Toutes nos félications à Mme Bilodeau et aux cent autres personnes qui l'appuient. Cette combativité est admirable. On ne peut pas laisser des bruits inutiles et inacceptables se répandre en restant les bras croisés. Tout notre encouragement à poursuivre leur combat.

 

VILLAGE ALPIN DU MASSIF DU SUD

Je viens de découvrir votre site en cherchant à documenter la nuisance des VTT qui nous cassent les oreilles au Massif du Sud, dans Bellechasse. Veuillez inclure mon nom à votre liste de citoyens dérangés outrancièrement par les VTT qui passent inlassablement sur ma rue, dans un petit village alpin.

Mireille Bonin, Buckland, Qc - 20-1-2015


SALUT, LE QUÉBEC !


En France aussi, la coupe est pleine ! Je viens de créer un modeste blog "anti-quad-petite-meurthe.over-blog.com" pour dénoncer les excès de la pratique du quad et de la moto dans les espaces naturels. Je suis bien d'accord avec vous : du moment que cela fait marcher le commerce, peu importe les conséquences. Le nombre d'immatriculations explose, les pouvoirs publics ont homologués ces engins sans la moindre réflexion préalable quant aux conséquences. Pour l'instant, il existe bien une réglementation controversée dans notre pays car elle laisse une part à l'interprétation des "pro" et des "anti". On en reste aux déclarations de fermeté de la part des autorités mais pas d'effet sur le terrain (absence de contrôles, de sanctions...)
Cordialement,

Pascal, France

AILLEURS DANS LA FRANCOPHONIE

Le problème des quads est soulevé ailleurs dans la francophonie.

Des associations telles que la Fédération française de randonnée pédestre , le Club alpin français , Mountain Wilderness , ou encore la Ligue pour la protection des oiseaux demandent l'interdiction des quads et plus généralement des engins motorisés de loisir (moto, 4x4, etc.) dans les espaces naturels [réf. nécessaire] . Elles acceptent cependant leur utilisation professionnelle pour la gestion des milieux.

Leurs arguments sont que les quads sont une source de pollution, de bruit et de dérangement de la faune, jusqu'au cœur des milieux naturels. Ils peuvent également être dérangeants et dangereux pour les piétons à cause de leur vitesse, de leur utilisation « sportive » ( cross ) et du fait que les pilotes ont une perception amoindrie de leur environnement sonore et visuel ( casque , lunettes, bruit du moteur, nuages de poussières). Enfin ils sont un facteur d'érosion et de dégradation des sols, notamment dans les dunes , les zones humides et les sols fragiles.

Ainsi de plus en plus de maires prennent des arrêtés municipaux d'interdiction de circulation aux engins motorisés [réf. nécessaire] . En Belgique francophone (Wallonie), les quads sont interdits sur les chemins et sentiers forestiers (comme tous les véhicules motorisés de loisir). Des enquêtes ont montré que cette interdiction était approuvée par près de 90 % de la population.

Dans certains pays ou régions (comme en Guyane ), leur utilisation pour le braconnage et le transport de viandes de brousse là où les autres véhicules ne peuvent les suivre pose aussi problème.

Source : Wikipedia